Du cœur des cellules

à l'immensité

de la Création

je marche

pour revoir inlassablement cette perle au creux de moi

BESbswy

qui habite toute chose.

"Je suis ... quêteuse de vérité et de conscience.

Du coeur des cellules
à l'immensité de la Création,
je marche,
pour revoir inlassablement
cette perle au creux de moi
qui habite toute chose"
.

 

 

MON ASPIRATION

 

     Mon chemin est celui d’une aspiration à réunir, à réintégrer ce que je maintenais séparé: la Terre et le Ciel, le corps et l'esprit, la spontanéité et la réflexion, le brut et la grâce, le sauvage et le "poli", le bien-être et l'inconfort...la vie et la mort.    

    Toutes ces apparentes dualités participent à la naissance d'une oeuvre même si cette oeuvre s'achemine toujours vers un espace qui les transcende : un espace d'harmonie et de beauté, qui n'est pas l'opposé de la laideur mais la manifestation de ce qui me semble authentique, unique, car émanant de l'instant, et entier, car né à la fois des profondeurs et des cieux.

 

L'ART ENCHANTEUR

 

    Je chanterai, tracerai des symboles et des formes, nagerai dans les couleurs tant que la "nécessité intérieure", comme disait Kandinsky, se présentera.     

   J'apprécie de faire communiquer entre eux l'écriture, le chant, la peinture et le dessin afin qu'ils donnent à voir, à sentir, à entendre, une oeuvre aux multiples dimensions.

   

    Etre proche de mon corps, être à l'écoute du souffle qui l'anime, toute proche de mon histoire, de ce qu'elle a à me raconter, est essentiel. Habiter le corps pour exprimer le dedans et dire le dehors qui me touche, me questionne.

La pratique de la danse et du yoga me permettent de maintenir la circulation de l'énergie à l'intérieur de moi et de nourrir cette qualité de présence et d'attention.

 

 

 

« Laissez la beauté de ce que vous aimez,

devenir ce que vous faites »

Rûmi  - 13ème siècle

BESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswyBESbswy